Invitation à la maison jaune

Un extrait de Invitation à la maison jaune
Cliquer l'image pour lire un extrait.
Thierry Calvet
Dessins de Ludovic Boulard Le Fur


4.99 euros

Est-ce que je peins ? Non ! Je bave du vert, je sue du bleu, je crache du jaune. Où est le peintre ? Où est Van Gogh ? Paul a raison. Lui, il sait. Il ne se contente pas de voir, il pense, il mâche dans son cerveau les formes, les couleurs, les lignes. Il peint avant de peindre. Tandis que, chez moi, c’est le tableau qui est le maître. C’est le paysage qui me crée. Moi, je suis une nature morte !

Invitation à la maison jaune est une pièce en deux actes. La maison jaune, c’est celle de Vincent Van Gogh, à Arles. L’invitation, c’est celle qu’il a lancée à Paul Gauguin. L’objectif, c’est de créer l’atelier de Midi, vers où afflueront les artistes !
Les deux peintres se recherchent, se fascinent mutuellement, s’affrontent. Deux types misérables, deux géants. Ils se rencontrent, pour le meilleur et pour le pire. On partage leur intimité faite de violence et de fulgurances, leur amour de la peinture, leurs limites. Loubard y met sa patte de peintre. Une autre rencontre.

Chroniquez Invitation à la maison jaune sur Libfly !




















Vous êtes rue des Promenades dont voici les mentions légales
« La mort de la littérature : plutôt crever, oui. » Nicolas Bernal