Thierry Calvet

Thierry Calvet est-il Thierry Calvet ?

Est-il celui qui a écrit de multiples sketches pour quelques ferrailleurs renommés de l’humour télévisuel (sur France Télévisions et quelques autres lucarnes privées) ? Est-il celui qui anima sur les ondes de plusieurs radios hexagonales de turbulentes émissions gorgées d’audaces sonores (d’Europe 1 à France Inter via la Radio Suisse Romande) ? Est-il celui qui prête sa plume et sa voix à quelques opérations évènementielles chatoyantes (sur terres d’attractions gauloises ou pour de grandes entreprises chatouillées par le démon de la fête) ? Est-il celui qui officie au sein de l’université afin d’initier de jeunes personnes aux délices de la créativité avant qu’elles ne s’immergent dans les austères dédales de ce qu’on appelle les ressources humaines ? Est-il celui qui s’est soudain décidé à écrire, plus que jamais, d’une encre aussi noire qu’intime ? Est-il celui qui vous offre avec Invitation à la maison jaune une plongée inexpiable dans les mystères d’une rencontre fulgurante, celle de deux peintres écorchés vifs avec sa propre part de folie ?

Et vous, face à sa pièce, qui serez-vous et de quel côté du rasoir serez-vous ?

Coupez !




















Vous êtes rue des Promenades dont voici les mentions légales
« La mort de la littérature : plutôt crever, oui. » Nicolas Bernal